La protection de l’environnement est un défi pour chaque être humain ! Alors que de nombreux indicateurs écologiques virent au rouge, l’innovation technologique peut jouer un rôle important dans cette lutte quotidienne pour la préservation de notre espace de vie. Dans ce contexte, chaque semaine, NeoTech vous fait découvrir une startup, locale ou internationale, issue de l’univers de la #GreenTech.

Dans cet épisode, ce n’est finalement pas d’une startup dont nous parlerons mais d’un projet novateur porté par de jeunes étudiants au Qatar. Lujain Al-Mansoori et Mohammad Fadhel Annan ont mis au point une innovation révolutionnaire dans le domaine de l’impression 3D alimentaire : « I-FOODS ». Ils ont développé un procédé unique permettant de créer des carottes à partir de cellules végétales cultivées en laboratoire. Une excellente nouvelle qui ouvre de nouvelles perspectives pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. 

__

L’insécurité alimentaire, c’est quoi exactement ?

C’est lorsqu’« une personne est […] n’a pas un accès régulier à suffisamment d’aliments sains et nutritifs pour une croissance et un développement normaux et une vie active et saine ». Il s’agit d’une préoccupation d’envergure mondiale.  Pauvreté, conflits armés, catastrophes naturelles ou bien crises économiques, ses causes sont multiples. Au Qatar notamment, le dérèglement climatique aggrave particulièrement la question de la disponibilité des terres cultivables. Seulement 2,5 % du territoire est utilisable. Alors, Lujain Al-Mansoori et Mohammad Fadhel Annan se sont attelés à régler ce problème par le biais de l’innovation technologique et scientifique.

Des statistiques peu positives © SOFi

“Transformer des terres non agricoles en terres cultivables représente incontestablement un investissement financier considérable. C’est pourquoi nous avons cherché une alternative. Et c’est ainsi que nous avons découvert que l’impression 3D associée à la culture de fruits et légumes en laboratoire pourrait apporter une réponse à cette lutte contre l’insécurité alimentaire”

Mohammad Fadhel Annan, étudiant novateur et avant-gardiste

Connaissez-vous l’impression d’objets en trois dimensions ? Désormais, cette technologie est appliquée dans le domaine alimentaire pour la création de légumes, des carottes entre autres. C’est en tout cas le projet de recherche de deux étudiants de l’université Carnegie Mellon de Doha, développé lors d’un hackathon organisé par la Banque de développement du Qatar. Lors de l’édition 2023, ils ont décroché le premier prix dans la catégorie “FoodTech” avec leur innovation baptisée “I-FOODS“, susceptible de révolutionner notre façon de produire et de consommer des légumes.

Les carottes pour sujet d’étude © I-FOODS

__

« Quoi d’neuf docteur ? »

Le processus repose sur une méthode novatrice de l’impression 3D alimentaire. Contrairement aux méthodes traditionnelles qui utilisent des purées de légumes ou de fruits, les étudiants ont choisi d’utiliser des cellules végétales cultivées artificiellement en laboratoire. Cette approche commence par la culture et la multiplication de ces cellules végétales dans des conditions contrôlées, ce qui permet d’obtenir une encre d’impression comestible sensible aux UV.

Le cœur de leur technique réside dans l’utilisation de la « stéréolithographie masquée », terme que vous connaissez sans aucun doute ! Pour faire simple, il s’agit d’une technologie qui utilise la lumière ultraviolettepour fixer les matériaux et permet une impression rapide et précise en 3D. En adaptant cette technologie à des matériaux comestibles, les étudiants ont ouvert la voie à une production alimentaire à grande échelle. Cette approche permet de créer des formes et des structures complexes de légumes, et ce, tout en préservant leur valeur nutritionnelle (aucune information sur le goût cependant).

L’imprimante 3D – qu’ils ont construite à partir de zéro – est l’élément clé de leur innovation car elle intègre tous les éléments nécessaires pour cultiver les cellules, créer l’encre d’impression et imprimer les légumes de manière précise et efficace. Cette technologie offre également des avantages significatifs pour l’environnement car elle réduit la dépendance à l’eau et aux pesticides nécessaires à la culture conventionnelle de légumes. La question que tout le monde se pose : pourquoi choisir la carotte ? Tout simplement parce qu’elle est le légume le plus étudié en termes de cellules souches.

__

La Nouvelle-Calédonie, en route vers une alimentation plus durable

En Nouvelle-Calédonie, l’alimentation est également un enjeu majeur. De nombreux programmes, innovations, startups et autres démarches se mettent en place depuis quelques années avec un objectif clair en tête : faire de la transition alimentaire calédonienne une priorité. Nous pouvons notamment mentionné le projet TRIAD du “Plan Innovation Outre-Mer » (PIOM), le cluster de l’alimentation durable Pacific Food LabNEOFLY… et bien d’autres démarches locales. Alors, pourquoi pas investir dans une imprimante 3D ? Et si on demandait au Fab Lab ?

__